Ange.

Papa Ibrahima FALL
3 min readSep 1, 2023

Je suis perdu. Perdu dans mes pensées et perdu dans la rue. Je ne sais même pas où je suis, j’ai juste suivi mes pieds. En réalité, en sortant de la maison je ne savais même pas où aller, je voulais juste sortir comme si mes pensées resteraient à la maison. Je les traîne un peu partout du réveil au coucher, du moins du coucher au coucher puisque je ne dors plus. Je dois retrouver mon chemin et rentrer chez moi, ma mère va s’inquiéter (si elle s’est rendue compte de ma sortie). Je sors mon téléphone, il est 16h38. Je ne sais même pas depuis quand je marche mais je commence à avoir mal aux pieds et à la tête. Je vois les gens rentrer du travail, ils marchent machinalement têtes baissées tous convergent vers la gare, c’est trop drôle on dirait des zombies ou des robots, ça existe les robots-zombies ? Sans doute dans un film de science-fiction douteux. Je réfléchis trop.

Je réfléchis tellement que j’en tire des crises d’anxiété. L’anxiété est ma meilleure amie, Je l’emporte un peu partout ou elle m’emporte un peu partout, je la fuis elle me suit. Elle ne me lâche pas. Elle me prend de la tête aux pieds. Elle me paralyse. Elle me donne chaud. Elle m’étouffe. Elle m’a même fait évanouir. Ces robots-zombies me stressent, je me suis retrouvé dans cette foule. Je sens plus mes pieds. Je ne peux plus bouger. J’ai chaud. J’ai du mal à respirer, ils m’étouffent, me piétinent. Je vais m’évanouir. Quelqu’un me tend la main, je sais d’où j’ai puisé la force de la saisir ou c’est cette main qui m’a saisi mais en tout cas je suis debout.

Je suis debout devant un ange. Suis-je mort ? Je n’ai jamais vu un aussi beau visage, ni d’aussi beaux yeux, un visage qui dégageait de la douceur et de la bonté, un sourire rayonnant qui rendrait jaloux un soleil de midi, son regard est intimidant. Je ne peux pas sortir un mot de ma bouche. Ses grands yeux noirs derrière ses lunettes m’hypnotisent, elle m’aurait demandé de me jeter d’un pont je l’aurais fait volontiers. Un « ça va monsieur ? » d’une voix fluette et calme me fit sortir de mes pensées. Je suis vraiment au Paradis c’est confirmé. J’essaye de sortir quelque chose de ma bouche mais j’en suis incapable je ne sais pas quoi dire.

-Vous avez besoin d’aide ? Me demande la dame ou l’ange

J’arrive à balbutier un « Euh ça va merci », je me déteste.

-Non ça n’a pas l’air d’aller me dit-elle en ricanant

Elle me tient toujours la main, elle a des mains douces comme celles d’un bébé elle me tire vers un banc pour que je m’assois et me tend une bouteille d’eau que j’accepte, j’ai extrêmement soif. Après chaque crise j’ai la gorge sèche. J’ai l’impression que quelqu’un m’étrangle à chaque fois.

Pour l’instant c’est cette jeune dame qui m’étrangle. Elle me demanda où j’allais, je lui réponds que je me promenais et que j’étais sur le point de rentrer chez moi. Elle me dit que je ne suis pas en état de rentrer tout seul. Je suis si mal en point que ça ? Elle se mit debout et arrêta un taxi me demanda mon adresse je réponds machinalement comme un enfant perdu, elle me fait signe de monter dans le taxi et paye le taximan en avance. On se croirait dans une histoire clichée où une jeune femme perdue et faible se fait assister par un beau prince charmant parfait physiquement qui vont se marier et avoir beaucoup d’enfants mais ici les rôles sont inversés. Nous ne sommes ni dans une histoire clichée ni au Paradis mais je voudrais bien me marier et avoir beaucoup d’enfants avec cet ange.

--

--

Papa Ibrahima FALL

Someone who’s trying to share feelings Twitter : pi_fall Instagram : _ibrahima_